Clôture de l’année de la Miséricorde

Clôture de l’année de la Miséricorde

Le dimanche 20 novembre le pape François a clôturé le jubilé de la Miséricorde.

 

Dans son homélie de la messe de clôture, le pape a rappelé que « la solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ Roi de l’Univers couronne l’année liturgique ainsi que cette Année sainte de la miséricorde. L’Évangile présente, en effet, la royauté de Jésus au sommet de son œuvre de salut, et il le fait de manière surprenante. « Le Messie de Dieu, l’Élu, le Roi » (Lc 23,35.37) apparaît sans pouvoir et sans gloire : il est sur la croix où il semble être plus vaincu que victorieux. Sa royauté est paradoxale : son trône c’est la croix ; sa couronne est d’épines, il n’a pas de sceptre mais un roseau lui est mis dans la main ; il ne porte pas d’habits somptueux mais il est privé de sa tunique ; il n’a pas d’anneaux étincelants aux doigts mais ses mains sont transpercées par les clous ; il n’a pas de trésor mais il est vendu pour trente pièces ».

 

A l’occasion de l’année de la Miséricorde, le pape François a publié une Lettre apostolique « Misericordia et misera »,  rendue publique le 21 novembre par le Vatican. Il tire les leçons de cette année jubilaire qui, à ses yeux, « ne peut être une parenthèse dans la vie de l’Église ».


« Je souhaite ne faire que la volonté de mon Jésus, il est l’amour de mon âme et ma passion de mon coeur ».

(Saint Benoît Menni, L. 153)